03/11/2020

MISE À JOUR DU 23 NOVEMBRE 2020
Extinction de l’éclairage public

Les armoires électriques de la zone artisanale viennent d'être équipées de programmateurs. La Communauté de communes procèdera à l'extinction de l'éclairage public de cette partie de la ville à partir du mercredi 25 novembre de 22 h à 5 h jusqu'à la fin du confinement.

UNE_3_eclairage_public.jpg
Extinction de l’éclairage public pendant la durée du confinement : pourquoi ?
De nombreuses communes de notre département et au-delà, d’Argelès-sur-Mer à Osséja, et de la Provence jusqu’au Pas-de-Calais, ont décidé de réduire ou éteindre l’éclairage public pendant les prochaines semaines.
Partout, ces choix sont finalisés en fonction des dispositifs techniques présents : éclairage à led (joue sur l’intensité de la lumière ; en cours d’installation à Elne), éclairage intelligent et connecté (par exemple sur la façade de l’Hôtel de Ville), détecteurs de présence, pilotage centralisé (existe dans certains quartiers).
Aujourd’hui à Elne, environ un tiers de la ville est équipé d’armoires électriques qui ne permettront pas de programmation (armoires à cellules qui détectent le niveau d’obscurité pour enclencher l’allumage). Malgré tout, la Municipalité a décidé de procéder à une extinction des luminaires dans tous les secteurs possibles, de 22 h à 6 h, à partir du jeudi 5 novembre, et ce, pendant la durée du confinement.  N. Garcia, Maire d’Elne, a demandé au Président et aux services de la Communauté de Communes, qui gère notre éclairage public, de mettre en place ce couvre-feu symbolique. Selon lui, « c’est une façon de proposer aux illibérien-nes d’expérimenter ce que représente la réduction de la pollution lumineuse, avec deux arguments majeurs : réduire notre empreinte carbone et faire quelques économies ».
A. Pezin et A. Trives, élus délégués au Développement Durable et à l’Agriculture, renchérissent en indiquant que « la lumière artificielle est une des causes reconnues de l’extinction des espèces ; le choix de réduire cet impact rendra des espaces de vie à la petite faune locale (oiseaux, chauves-souris, hérissons, insectes nocturnes…) » ; ils précisent que « cela nous permettra aussi de dormir dans l’obscurité -ce qui a un impact reconnu sur notre système endocrinien-, et, pour ceux qui le souhaitent, d’admirer à nouveau le ciel nocturne et les étoiles… ».
La « Nuit des étoiles », animation autour de ce sujet (observations du ciel nocturne, conférence-débat) initialement prévue le 21 novembre, est annulée et reportée. Nous vous proposons de nous retrouver autour de cet évènement dès que la situation sanitaire le permettra, pour évaluer ensemble les enseignements de cette expérimentation.
 

UNE_eclairage_public.jpg

En poursuivant votre navigation sur ce Site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de ce site et de ses services.